Avessac. Leurs glaces paysannes marient bio et saveur

Article paru dans le Ouest-France du 19 mai 2019

À la ferme Saint-Yves, un couple a mené un projet de reconversion dans l’air du temps en lançant une gamme de glaces fabriquées sur place avec le lait de ses vaches.

L’initiative

Côté pile, il y a Yoann Louët, 39 ans, qui a repris la ferme familiale de Saint-Yves en 2010 après avoir travaillé dans l’humanitaire en Afrique et en tant qu’animateur de la Confédération paysanne, à Angers. Sa volonté : reconvertir une exploitation traditionnelle en ferme biologique autosuffisante. Un virage à 180° réussi, aujourd’hui, avec un système autonome en fourrage et céréale qui alimente son troupeau.

Côté face, Mathilde Roger-Louët, 32 ans, son épouse, fille d’institutrice et d’artiste peintre, titulaire d’un BTS Transports et logistique, un milieu dans lequel elle a travaillé pendant sept ans. Leur projet n’est pas seulement une évidence : « Nous avions une réelle envie de travailler ensemble, le désir de fonder quelque chose en commun et d’élever nos enfants dans un cadre serein. »

Formée auprès des meilleurs

En 2014, Mathilde s’installe avec Yoann, avec un projet en tête. « J’ai toujours aimé faire des desserts, en particulier la glace. Alors, pourquoi pas produire, dans notre ferme, des glaces, des sorbets et des vacherins meringués 100 % bio », confie Mathilde. L’idée est là, et pour la jeune femme, il est hors de question d’être minimaliste et de faire de l’à peu près.

En 2017, elle obtient son Brevet professionnel responsable d’exploitation agricole (BPREA) et entame une série de formations, notamment avec des maîtres glaciers de renommée internationale, comme Gérard Taurin et Luc Debove, meilleurs ouvriers de France : « Apprendre aux côtés de professionnels pour pouvoir donner le meilleur de moi-même dans la création. C’est ainsi que sont nées les glaces paysannes bio de Mathilde. » Officiellement ouverte depuis décembre, la ferme Saint-Yves propose un large choix de glaces, élaborées à partir du lait biologique des vaches de la ferme pour les crèmes glacées et des fruits locaux et équitables. L’assurance, pour chacun, « d’avoir des plaisirs glacés issus de l’agriculture biologique et fabriqués sur place ».

 

Lire l’article sur Ouest-France